epidemic accueil
expositions
Digitalife 8
la dispersion du fils
Jean Michel Bruyère avec Matthew McGinity, Delphine Varas et Thierry Arredondo
La Dispersion du Fils © LFKs


memorandum or voyage
Dumb Type - MEMORANDUM OR VOYAGE

nstants of Visibility
Ivana Franke - Instants of Visibility

360
Granular-Synthesis - <360> © Peter Dimakos



Exposition organisée par la Fondation Romaeuropa
Palazzo delle Esposizioni, Rome
7 octobre 2017 - 7 janvier 2018

Avec :

Jean Michel Bruyère / LFKs - La Dispersion du Fils
Dumb Type - MEMORANDUM OR VOYAGE
Ivana Franke - Instants of Visibility
Granular-Synthesis - <360>

Commissaire : Richard Castelli (Epidemic)


RENAISSANCES

Il est difficile de prétendre que les arts médiatiques ont déjà atteint leur état de maturité mais il est déjà possible de voir ici et là non seulement des rétrospectives d'œuvres pionnières mais aussi des renaissances d'œuvres, voire de répertoires emblématiques sinon légendaires.

Certaines réapparaissent pour d'évidentes raisons techniques car la plupart des grandes œuvres anticipent leurs supports plus qu'elles ne les suivent et l'évolution des techniques leur permet d'être plus vives, précises, incisives...

La Dispersion du Fils de Jean Michel Bruyère avec Matthew McGinity, Delphine Varas et Thierry Arredondo et <360> de Granular-Synthesis, le duo séminal d'art médiatiques composé de Kurt Hentschläger et d'Ulf Langheinrich, sont de celles-ci.

La Dispersion du Fils a eu sa première en 2008 à Shanghai. Depuis plusieurs versions se sont succédées au gré des présentations, entre autres, au Havre, à Sydney, Hong Kong, Eindhoven, Avignon, de nouveau à Shanghai et récemment à Chengdu. La version définitive sera créée neuf ans après la première conjointement à Rome et au ZKM de Karlsruhe. À partir de plus de 600 films réalisés par Jean Michel Bruyère autour de la tragédie d'Actéon, est créé un espace immersif constamment en explosion/reconstruction, repli/déploiement,  constitué, pour chacune de ses cellules, d'une des 22000 séquences en boucle tirées de l'ensemble de ces films.

Initialement conçu par Granular-Synthesis pour 16 écrans en cercle, <360> qui fut créé à Paris en 2002, présenté ensuite à Montréal est devenu une légende du fait de l'impact durable qu'il a créé sur les heureux spectateurs ainsi que de sa rareté due à la complexité technique donc financière de sa présentation. Depuis, l'existence de l'AVIE, un dispositif 360° 3D développé par Jeffrey Shaw et le iCinema Centre de l'Université de Nouvelles Galles du Sud à Sydney, ce même AVIE qui sert de support àLa Dispersion du Fils , la renaissance de<360> devient possible et de surcroit dans une version 3D ce qui n'était pas le cas de la version originale.

D'autres fois, la renaissance prend un tout autre chemin. Pour MEMORANDUM OR VOYAGE de Dumb Type, Shiro Takatani son directeur artistique, a créé une vidéo monumentale (15 m de long) qui assemble des vidéos d'archives ainsi que des reconstitutions contemporaines des images utilisées pour les trois derniers spectacles éponymes du collectif japonais. Chacun des trois spectacles inspire une séquence de six minutes, le résumant brillamment. On y retrouve les corps endormis, noyés de lumière de OR, les cartes aériennes se dissolvant de VOYAGE et les travellings hypnotiques de memorandum où on ne discerne plus les fausses ombres et transparences des vraies.

Il n'y aurait pas renaissance dans l'œuvre Instants of Visibility d'Ivana Franke, si ce n'était l'utilisation de techniques anciennes qui n'ont que peu à voir avec une déferlante technologique mais dont le résultat visuel s'apparente à l'imaginaire immersif ou dynamique propre aux arts numériques.

Richard Castelli
Commissaire