epidemic accueil
expositions
Human Zoo - rétrospective DU Zhenjun
Human Zoo


Le Lieu Unique, Nantes
11 février - 27 mars 2005

Installations présentées :
Chienman, Cover, Fontaine, Human Zoo, J'efface votre trace, Il me fait mal chaque minute, La leçon d'anatomie du docteur Du Zhenjun, Ombres, On cherche la lumière, Perturbation, Présomption, Une semaine du monde de Du Zhenjun et Vent.

Commissaire : Richard Castelli (Epidemic)



Préface malhonnête

Je me souviens du regard des visiteurs qui découvraient J'efface vos traces.
D'une franche hilarité due à la situation ludique qu'ils traversaient : une multitude de Du Zhenjun s'échinant à effacer leurs traces, ils passaient irrémédiablement à un sourire gêné, dû à leur compréhension de la condition d'esclave de ces Du inféodés à leur mouvement puis au malaise de s'en être amusés quelques secondes auparavant.

La plupart des oeuvres de Du Zhenjun oscille entre le ludique dans leur exposition et le tragique dans leur contenu, quelquefois l'inverse. Toutes font appel à de nombreux niveaux de lecture.

Suffisamment séduisant tant dans sa drôlerie que dans sa dénonciation des travers de notre monde, suffisamment correct pour l'adhésion des bien-pensants, suffisamment cynique dans les deux sens du terme pour gagner son brevet de plus petite subversion marginale potentielle nécessaire à toute reconnaissance actuelle du sérail occidental, Du Zhenjun a tout compris.

Du Zhenjun est un artiste malhonnête ou plutôt il doit l'être car les vrais malhonnêtes ne se dévoilent pas. Comme Roland Topor à qui un journaliste demandait des précisions sur ses conceptions religieuses, Du Zhenjun pourrait dire « je fais le Malin ».

Richard Castelli
Commissaire de l'exposition

 

Notre planète : un zoo humain ?
Notre civilisation : un essaim de cages pour "animal humain" ?
Notre monde, un parc pour parties de chasse, qui offre le spectacle d'humains chasseurs, chacun ciblé vers son semblable, autre humain chasseur.
L'humain s'excite, avive son excitation, excite son entourage, comme l'animal du zoo excite sa cage contre celle de son voisin.

Depuis que l'homme s'est affranchi de l'ombre de Dieu, l'homme se considère "tel Dieu".
Propre, moral et vertueux, omnipotent sur tout ce qu'il veut et ce qu'il fait, l'homme en a presque oublié son origine, sa nature première, en a presque oublié qu'il n'est en fait qu'un … animal. Animal social qui, pour survivre, se regroupe en communautés organisées aux tâches partagées : familles, régions, nations, religions, etc.… Chaque communauté développe son propre système de valeurs, sa propre morale et cruellement chacune défend son "territoire", voire cherche à en étendre l'influence. Au nom de quoi ? La Foi ? La Liberté ? Une conception politique ou religieuse particulière ? Prétextes !
Prétextes, car si un groupe humain n'avait pas de raison d'entrer en conflit avec un autre groupe humain lui faisant face, l'objet de sa lutte se retournerait alors contre lui-même : la guerre lui serait intestine et deviendrait "civile".
Prétextes, car si l'individu humain n'avait pas à lutter pour, au nom de son groupe, de sa tribu, il lui faudrait alors immanquablement lutter "en son nom" contre "ses frères".

La nature animale de l'homme oeuvre à le rendre féroce quelle que soit la cible de sa férocité. Sa libido, son potentiel de violence, trouve sa canalisation en se rassemblant animalement "contre".
Tel un prédateur en chasse d'un objet, d'une proie d'excitation ou d'exultation, l'homme oriente ses forces, les crocs dans la compétition sociale, économique, sportive, artistique, virtuelle … L'homme " s'excite " : il évacue, déploie sa violence et inlassablement invente le terrain, l'imaginaire, les règles du jeu de la sauvagerie qui l'habite.

La manière économique de guerroyer, le capitalisme l'a créée telle une version symptomatique de notre grand zoo contemporain, une adaptation merveilleuse du mal générique ambiant. Superbe humain chasseur, plus que tout autre, le voilà ! fabriqué par le Marché. La maniËre Èconomique de guerroyer, le capitalisme l'a crÈÈe telle une version symptomatique de notre grand zoo contemporain, une adaptation merveilleuse du mal gÈnÈrique ambiant. Superbe humain chasseur, plus que tout autre, le voilý ! fabriquÈ par le MarchÈ. L'homme sort les crocs. S'il ne le peut les refermer profond dans les chairs de son voisin car la sociÈtÈ l'en empÍche, alors il les referme profond dans les siennes propres. Sanguinaire et psychopathe. Le "souffrant du corps social" est l'homme qui se mord luimÍme, le fou, l'aliÈnÈ, le malade en cage, qui a le monde pour hÙpital, pour zoo.

L'animal qui assemble, synchronise ses forces, avant de les mettre ý l'Èpreuve de la concurrence, crÈe l'Intelligence : gardienne d'un systËme ordonnancÈ et entourÈ d'un espace pour la curiositÈ et la crÈation. Les grandes civilisations humaines naissent de lý et gr’ce ý leurs rayonnements successifs au fil des siËcles, irisent le zoo humain. Reliques d'une harmonisation censÈe plus bÈnÈfique ý l'ensemble, toujours plus efficace et englobante : propice donc ý attÈnuer les conflits armÈs mais pas ý changer la nature mÍme de l'homme, grand organisateur de ce zoo dans lequel, quoi qu'il arrive, il ne saura inexorablement que s'agiter, s'affairer et souffrir aussi, surtout quand il perd.
L'Art et son monde, le Monde de l'Art, ne dÈrogent pas ý l'aliÈnation de l'homme ý cette surenchËre de ses instincts et appÈtits animaux. L'Art en soi n'est qu'une manifestation de plus ý ajouter au flot inextinguible de celles rÈguliËrement produites par le zoo humain, the Human Zoo.

Du Zhenjun
DÈcembre 2004